L’incroyable calendrier de l’Avent Hema

Cette année l’an dernier pour les fêtes, Hema proposait un article a priori super tentant : un calendrier de l’Avent vide à remplir soit-même. En carton, épais de cinq centimètres, c’était la promesse de pouvoir faire de beaux cadeaux, que ce soit des chocolats ou de petits objets.

Le calendrier, comme neuf. Semblant encore innocent.

Ma copine est exigeante, elle n’aime que le chocolat noir, et les calendriers de l’Avent du commerce ne proposent que des chocolats au lait (généralement de mauvaise qualité, qui plus est). J’avais par le passé tenté de remplacer tous les chocolats au lait d’un calendrier à quelques euros par du chocolat noir que j’avais fait fondre moi-même, mais malgré plusieurs tentatives, ça avait viré au fiasco (le chocolat vieillissait très mal). J’avais même préparé un article finalement jamais publié. 

Donc devant ce calendrier Hema, vendu 5 euros, je n’ai pas hésité longtemps. Enfin, quelques jours quand-même, juste assez pour qu’il ne soit plus dispo en magasin, il semble qu’il ait eu pas mal de succès. Commande finalement passée en ligne, calendrier récupéré en magasin gratuitement, c’est pratique. Par contre il n’a pas été manipulé très soigneusement et une case prédécoupée, sans doute pressée trop fort par l’un de ses manutentionnaires, était à moitié ouverte quand je l’ai ouvert. Mais je n’étais pas au bout de mes surprises.

Cinq centimètres d’épaisseur, on va pouvoir en cacher des choses là dedans ! Ou pas…

Une fois le film plastique retiré et le calendrier ouvert, je découvre la piteuse vérité : les cases sont minuscules ! J’imaginais bêtement que l’intérieur de la boîte était composée de séparations en carton, créant des espaces à peu près carrés occupants tout l’espace disponible. Mais pour une raison que je ne m’explique pas, Hema a préféré un intérieur en plastique du style des moules dans les calendriers à chocolats, offrant aux cases une épaisseur de 5 ou 6 millimètres, pour une largeur et une hauteur variables en fonction de la forme de la case mais toujours trop petite et parfois carrément inutilisable !

Comme la case numéro 1, en forme de lampadaire, tellement fine qu’on ne peux y ranger qu’une allumette, tellement fine qu’ouvrir la case elle-même est déjà quasiment impossible : il nous a fallu un cutter pour détacher le pré-découpage et soulever la case. Ne voyant pas l’intérêt d’offrir une allumette (j’ai déjà offert des boites d’allumettes pour Noël, avec beaucoup de succès, mais une allumette seule c’est idiot) j’ai été contraint de glisser un petit papier roulé façon parchemin. Mais même ça, ça ne passait pas à travers la fente-case-lampadaire et pour ne pas transformer cette ouverture en séance de Docteur Maboul, j’ai été contraint de reprendre le calendrier des mains de sa destinataire pour l’ouvrir entièrement en mettant à nu les 23 autres surprises et sortir le parchemin de la case. Pour un premier jour, ça la fout mal !

J’avais prévu qu’une dizaine de cases contiendraient des chocolats (de chez Pralus) assez fins. Pourtant même ça, ça a été compliqué. J’avais prévu à l’avance la répartition des lots pour alterner au mieux chocolats, petites et grandes surprises. Mais une bonne partie des cases était tellement étroite que même ces petits carreaux de chocolat Pralus n’y rentraient pas. J’ai du revoir mon planning et créer de tout petits mots à glisser dans les cases renvoyant aux cadeaux que j’ai du cacher dans l’appartement, façon jeu de piste. Pas vraiment l’essence d’un calendrier de l’Avent : si j’avais voulu ranger les cadeaux dans des enveloppes, je n’avais pas besoin d’une boîte en carton pour le faire, je pouvais numéroter directement les enveloppes, nous l’avons déjà fait, et si je voulais carrément faire un jeu de pistes, ben nous l’avons déjà fait aussi. Non là je voulais un calendrier de l’Avent sous forme de boîte, dont les surprises sont contenues à l’intérieur, c’est pour ça que j’avais… acheté un calendrier de l’Avent… sous forme… de boîte 🤷🏼‍♂️

Non vraiment, je ne pige pas ce qui est passé par la tête des concepteurs de chez Hema pour pondre une merde pareille. C’était d’autant plus frustrant que cette semaine je suis tombé par hasard sur un autre modèle, un peu éventré ça tombait bien, de calendrier de l’Avent chez Hema, un modèle du même genre, à savoir épais, mais celui-ci pré-rempli de chocolats. Et bien figurez-vous qu’ils ont prévu des cases biiieeeen épaisses pour y caser leurs chocolats qui, bah oui, sont bien gros ! 

Mais… Que vois-je ?!

Putain !!!

Vraiment, vraiment : comment peut-on vendre un calendrier de l’Avent à remplir, et y foutre des cases aussi petites ? Et au delà de l’emmerdement maximum que ça apporte au client, quelle absurdité totale de le faire aussi épais (5 cm je le rappelle), pour le remplir de vide : ça trompe le chaland, ça consomme du papier et du plastique en plus, et même, ça prend de la place pour rien dans les camions d’Hema ! On est très loin des efforts faits par certains, au hasard Apple avec ses cartons d’iMac pyramidaux pour en empiler presque deux fois plus dans les conteneurs et camions !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.