Alain Afflelou 1 – 0 Moi

Vous avez peut-être entendu parler ces derniers jours du petit buzz né d’un gentil clash (j’arrête) sur Twitter entre Alain Afflelou et Marc Simoncini. Le premier est l’illustre (et auto-illustré, dans ses publicités) patron de la chaine de magasins du même nom tandis que le second, après avoir fondé Meetic, dirige aujourd’hui le site internet Sensee, qui vend aussi des lunettes, directement en ligne sans passer par une boutique physique.

Cet article de l’Usine Digitale résume parfaitement et rapidement la situation et je vous invite à le lire avant d’aller plus loin, mais pour faire court, Afflelou a, dans un tweet, accusé son concurrent en ligne de ne pas être opticien diplômé, se demandant quel est « son vrai métier » (et donc plutôt un avide profiteur piquant le boulot de ceux qui ont fait des études et sont légitimes pour garder la main-mise sur leur business : la réaction classique de ces grands ou ex-grands menacés par les Internets pleines de pédo-nazis).

Je vous renvoie sur l’Usine Nouvelle pour la réponse et l’échange qui a suivi, mais vous devriez avoir déjà lu l’article quand je vous l’ai demandé la première fois, n’est-ce pas ?

L’uberisation des opticiens

À ma gauche Alain Afflelou, géant des opticiens, 70 tweets depuis 2012 et moins de 1 000 followers au moment des faits. À ma droite Marc Simoncini, magnat des Internets, 2 400 tweets depuis 2009 (c’est encore très raisonnable) et 40 000 abonnés. Le match est déséquilibré, alors, pour ce buzz, je plaiderai la maladresse.

J’oublie cette histoire aussi vite que j’avais lu l’article et puis cette semaine, je passe devant un magasin Afflelou. Et je réalise en regardant l’enseigne qu’il est aussi présenté comme « acousticien ». Oui c’est vrai qu’il fait des appareils auditifs et il me semble que c’est assez récent (vérification faite sur Wikipedia : depuis 2011).

Je repense à cette histoire, je prend l’enseigne en photo et je tweete la question suivante, mentionnant Alain Afflelou pour la déconnade et en sachant pertinemment que je n’aurai pas de réponse, en y ajoutant le hashtag inventé par son concurrent pour situer les choses à qui aurait raté l’affaire : « Et donc acousticien c’est le vrai métier de @alainafflelou ? #parlecommealainafflelou ».

Alain_Afflelou_sensee_clash_buzz_exclumorandinipairedelunettesapoils_01

J’ai trinqué

(j’ai fais tchin-tchin)

1 jour et 26 minutes plus tard (c’est très bien), je recevais une mention :

Alain_Afflelou_sensee_clash_buzz_exclumorandinipairedelunettesapoils_02

 

« Et bim 😀 » Mouché par Afflelou. Je ne m’y attendais pas.

Voilà à quoi peut servir Twitter. Et les réseaux sociaux en général : même si j’avais pris le temps d’imprimer ma photo, de trouver l’adresse des bureaux d’Alain Afflelou et lui avait envoyé cette boutade, sous forme de vraie question, par courrier, tout au plus aurais-je eu une réponse emplie de formules de politesse rédigée par une secrétaire ou une équipe de communication, en tous cas pas signée Alain Afflelou. ici ça m’a pris quelques minutes (le temps de retrouver le hashtag exact) et ça lui a pris 20 secondes (et éventuellement le temps de tourner sept fois sa langue dans sa bouche pour ne pas refaire de gaffe).

Il est flou Afflelou, il est flou

(© Kad & Olivier)

Bon, j’ai bien rigolé, mais tout n’est pas non-plus si simple et naïf que ça pourrait le laisser penser. En écrivant cet article j’ai constaté que sur les 73 tweets d’Afflelou, il n’avait que très peu tweeté jusqu’à récemment. 24 tweets entre l’ouverture de son compte début 2012 et octobre 2014.

cliquez pour agrandir

Timeline complète d’@AlainAfflelou au 20 juin 2015, 20h05. (Cliquez pour agrandir.)

À l’époque Alain Afflelou tweete peu, mais parmi ces tweets son taux de réponse aux mentions est impressionnant. Il se connecte à Twitter juste pour répondre à des gens qui l’interpellent, ce que nombre de dirigeants présents sur les réseaux sociaux ne font pas. Il est cool Afflelou, il est cool.

Anecdote amusante : par une malheureuse erreur de manipulation, supprimant le pseudonyme de la personne qui l’interrogeait, le premier tweet d’Alain Afflelou répond… à Marc Simoncini, déjà !

Peut-être à cause de ça, Alain n’est pas seul à la barre, il se fait aider, et il ne s’en cache pas :

Alain_Afflelou_sensee_clash_buzz_exclumorandinipairedelunettesapoils_03

Il ne manque plus que les tweets signés « AF » comme nos chers politiques inspirés par Obama.

 

 

24 tweets disais-je, jusqu’en 2014. L’avant-dernier le 10 août 2014. Le dernier le 17 novembre. Ensuite, 6 mois d’abstinence. Twitter, pour Afflelou, c’est un hobby.

Quand soudain… Le 4 juin 2015 il réapparaît. Il vient « juste de comprendre le fonctionnement de Twitter » (dont il avait pourtant prouvé savoir se servir).

Depuis lors :

  • 49 tweets et retweets en 17 jours
  • le 11 juin, 1 clash gentil avec un concurrent en ligne, viralement médiatisé
  • le 15 juin, ouverture de la boutique en ligne d’Afflelou

Ooooh ! Je ne l’avais pas vu venir ! Alain Afflelou ne vend pas encore de lunettes de vue sur internet : seulement des lentilles et des lunettes de soleil sans correction. Mais voilà. D’une façon où d’une autre, Afflelou entre en concurrence avec Sensee et les autres « pure players ». Il offre même dans un tweet une paire à ses 10 derniers followers. Ce n’était pas un concours, ce n’était pas annoncé, donc c’est classe. Il est classe Afflelou, il est classe.

Je suis quand-même un peu septique : l’argument massue des pure players, c’est de vendre des lunettes de vue en ligne, à des prix plancher. La communication camouflée d’Afflelou est amusante sur la forme, mais me semble maladroite sur le fond : il critique ces pure players pour mieux rebondir dessus pour promouvoir son propre site, qui au final ne propose pas leur produit phare.

Peut-être un premier pas vers la vente de lunettes correctrices en ligne ? Peut-être… Mais, pour prendre deux concurrents qui me viennent en tête, Optical Center la propose déjà et Krys impose la livraison en magasin.

 

Alors non monsieur le président, mesdames et messieurs les jurés, pour ce buzz, je ne souhaite plus plaider la maladresse : je me retire et abandonne mon client, qui, à l’évidence, ne m’avait pas dit toute la vérité. Mais il reste un patron se donnant une image, et même s’il n’est pas Richard Branson, c’est déjà pas mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *