Cuisine : le Grand’place, centre commercial les 4 temps

Une envie de changer. De partir à l’aventure, de foncer vers l’inconnu. À l’heure du repas dans un centre commercial, cette envie se résume à esquiver le McDo tout en réussissant à ne pas s’échouer au Sushi Shop (répétez après moi : « s’échouer au Sushi Shop, s’échouer au Sushi Shop, s’échouer au Sushi Shop »). Ainsi aux 4 temps, je me suis laissé tenter par la brasserie « le Grand’place » située au bout de la galerie, sous l’UGC et l’énervant panneau publicitaire lumineux (et sonore…) géant.

IMG_5575

Une petite salle complétée d’une grande terrasse dans l’atrium, des serveurs à l’air sérieux, un barman et un patron (?) en chemise derrière le bar, le restaurant a une décoration moderne mais ses couleurs sombres font qu’on s’y sent un peu comme dans un vieux café. Je suis placé à l’intérieur mais au bord, coupé de la galerie par une bâche en plastique renforçant le côté traditionnel du lieu.

À gauche, une bâche en plastique isole la salle des courants d’air et de la sortie de secours, fréquemment utilisée par les employés du centre.

À gauche, une bâche en plastique isole la salle des courants d’air et de la sortie de secours, fréquemment utilisée par les employés du centre.

Cette fausse impression de décor « à l’ancienne » est malheureusement immédiatement renforcée par l’état limite vomitif de ce qui fût une nappe, et, hélas, l’est toujours.

nappe dégueulasse

Non, NON, NON, NON ! Sérieusement : non.

À peine assis que je pensais à faire demi-tour. Mais j’avais envie d’aventure – et de saucisses – alors soit : je me rassurais tant bien que mal en voyant des sets en papier sur les tables de mes voisins, qui finirent par arriver également sur la mienne.

Je voulais manger gras et rapide, alors entre le 1/2 poulet rôti et l’entrecôte, j’ai été séduit par les saucisses de Francfort. Je commande donc mes « Saucisses de Francfort, pommes frites » à 9,90 € (c’est Paris…) et une carafe d’eau. À peine deux minutes plus tard (peut-être un peu plus, j’avais la tête dans le téléphone… sur Twitter, oui, bien sûr) mon plat arrive. C’est con à dire mais attendre si peu de temps suffit presque à vous décevoir un type affamé.

9,90 euros

9,90 euros

Côté goût… c’est de la saucisse de Francfort : il y a forcément plus goûtu. Elle se coupe facilement, s’avale encore plus facilement, et il en va de même pour les frites molles : j’aime les frites molles, alors c’est passé tout seul, avec un peu de mayo. Ça fait quand-même très léger pour 10 euros. Chez McDo pour ce prix on s’éclate la panse. Et qu’on aime McDo ou pas, les ingrédients, les recettes, ne se trouvent pas dans le premier hyper venu. J’ai apprécié ce plat extrêmement simple, mais dans un établissement typé brasserie j’aurais espéré ressentir un petit peu plus de préparation.

Sainte Mayo

Sainte Mayo

Pas calé, j’ai voulu prendre un dessert. Et là j’ai pas compris. Je ne les avais pas regardé sur la carte. Le serveur arrive, me demande si je veux un dessert, je répond que oui, je m’attendais à ce qu’il m’apporte la carte mais il me propose de tête les desserts « du moment ». Aimant les cochonneries, ces tartes et sa galette des rois ne me branchent pas du tout et je n’imagine pas un instant qu’il y ait d’autres choix : c’est lui le professionnel qui connait sa carte sur le bout des neurones. Je décline et règle mes 9,90 euros. Pour parfaire l’ambiance, sans même chercher quel est le minimum pour la CB, je hèle une dernière fois le garçon et lui tend un billet de dix en annonçant, grand prince, « gardez la monnaie ». C’est seulement une fois ressorti du restaurant que je découvre les desserts sur la carte : fondant au chocolat, gaufres, … mince ! Des trucs bons ! Mais pourquoi on ne me les a pas proposé ? C’est une occasion manquée.

La carte… avec tous les desserts.

La carte… avec tous les desserts.

Tant pis. S’il n’y avait eu que le plat, j’aurais pu retenter l’expérience. Mais le coup des desserts m’a un peu déconcerté et surtout l’état des nappes est intolérable et inexplicable : bon dieu les torchons à carreaux ça se trouve partout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *