Steadicam du pauvre : projet numéro 2

Il y a peu, je vous proposais de fabriquer une sorte de volant stabilisateur du pauvre à partir d’un volant pour Wiimote. En conclusion j’évoquais une autre solution, plus chère mais beaucoup plus simple à mettre en œuvre.

Si simple qu’une photo vaut mieux qu’un long discours :

Le tripod Gorillapod Hybride GP2.

Le tripod Gorillapod Hybride GP2.

J’ai utilisé un Gorillapod grand modèle, très résistant.

En relevant 2 jambes on créé des poignées, et la troisième jambe sert de contrepoids. Avec un caméscope léger comme ici, le résultat est tout à fait satisfaisant. Une fois n’est pas coutume, le but n’est pas d’obtenir une excellente stabilisation, mais au moins d’améliorer la prise en main de l’appareil, ce qui de fait limite les vibrations.

C’est très pratique, hyper rapide à mettre en place, et le seul défaut que j’ai rencontré est de ne pas pouvoir filmer au ras du sol dans cette configuration. Mais en tenant le montage à l’envers et en courbant le troisième pied, vous obtenez un caméescope filmant au plus près du sol, tenu par une agréable petite poignée.

Gorillapod dispose de nombreux modèles grand format, j’utilise personnellement le Gorillapod Hybride GP2-B1 qui est parmi les moins chers (si ce n’est le moins cher, à 40 € en boutiques et trouvable pour une 30ène d’euros sur le MarketPlace Amazon) et intègre un niveau à bulle.  Pour de plus gros appareils il faudra peut-être taper dans le GP3, vendu sans rotule ni niveau à bulle.

Ainsi j’ai fais le tour de mes tentatives de stabilisations à ce jour. Je vous ai épargné ma toute première tentative, qui consistait simplement à tenir un monopod à bout de bras : c’était très lourd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *