Bingo Cash Investigation : « Secrets inavouables de nos téléphones »

Ce mardi soir sur France 2 est diffusé un nouveau numéro de l’émission Cash Investigation. Après l’industrie du tabac la dernière fois, la pugnace Élise Lucet (et ses journalistes bien sûr) s’intéresse à l’industrie du téléphone portable. De préférence smart et haut de gamme.

Prochain numéro de #cashinvestigation le 4 novembre. Enquête  incroyable sur le tel portable. Ses conditions de fabrication. Faites passer

À peine mis au courant par un court (forcément court) tweet d’Élise Lucet il y a deux semaines, j’imaginais déjà le pire : Apple c’est des gros salauds de capitalistes qui font travailler des p’tits nenfants Chinois.

Du coup j’ai eu envie de la regarder rien que pour en avoir le cœur net. Et puis l’émission est connue pour ses tics de mise en scène. C’est amusant. On peut regretter que le commun des téléspectateurs prenne pour argent comptant une telle guignolisation de l’information (Mais enfin chéri, c’est Élise Lucet qui le dit, une grande journaliste…), mais Cash Investigation c’est un peu le Confession Intimes du journalisme : toujours la même forme, un fond toujours caricaturé, mais au final on rigole.

Alors pour qu’on rigole tous ensemble, voici une grille de Bingo Cash Investigation, spéciale « Secrêts inavouables de nos téléphones », un petit PDF à télécharger ici :

 

Bingo Cash Investigation

 

La grille est en deux exemplaires sur papier A4 afin de s’amuser en famille ou entre amis en gaspillant un minimum de papier.

Il va falloir regarder pour en avoir le cœur net disais-je, mais quand je lis cet article du BlogTVNews citant de larges extraits de ce qui semble être un dossier de presse, au ton particulièrement pédant et assuré, j’ai déjà des doutes plus sérieux que ma simple réaction épidermique quand on touche à ce genre de sujet très à la mode. Extrait :

À Baotou (…) le traitement du néodyme nécessite l’emploi de produits toxiques, radioactifs et ce sous-traitant a choisi de rejeter ces déchets dans un lac artificiel de onze kilomètres carré, soit la superficie de Saint-Tropez. Un prélèvement effectué dans le lac et analysé en France a révélé des résultats « explosifs ». Sachant que les eaux de ce lac ont fini par polluer l’eau de la ville, les services secrets chinois n’avaient donc aucun intérêt à nous voir dévoiler des informations pouvant mettre en péril un tel monopole. 

Comment ? Une équipe de journalistes français dévoilerait un scandale d’ampleur internationale ? Un secret resté secret et qui risquerait de mettre à mal l’économie de salauds qui tuent des gens en les exploitant dans des mines ?
Problème : en tapant juste « Baotou neodyme » dans Google je tombe sur des articles vieux de plusieurs années. Il y a déjà eu au moins un scandale au Royaume-Uni en 2011, à propos des éoliennes (qui fort logiquement ont besoin d’aimants dans leurs dynamos). Le Daily Mail en 2011, des tas de sites francophones par la suite, et même un article du Monde me tombe droit dans les mains en googlant seulement « Baotou ». Je vais de ce pas postuler aux Décodeurs du Monde.

C’est donc un secret extrêmement bien protégé que dévoile Cash Investigation. Les services secrets chinois doivent trembler.

Ça promet pour le reste de l’émission. Je terminerai en rappelant que nous devons l’invention des grilles de Bingo télévisés à Lâm Hua, qui avait lancé ça sur son blog pour rigoler devant… Confessions Intimes. La boucle est bouclée.

6 commentaires

  • J’ai pris le reportage en cours et j’ai entendu taper sur Blackberry, Nokia et Samsung. J’ai peut-être raté le moment où Mme Lucet tapait sur Apple. Je n’ai en tous cas pu m’empêcher de noter que sur son bureau trône un iMac. L’émission a raison d’attirer notre attention sur les dégâts qu’engendrent nos sales habitudes de consommation occidentales. Mais si un, un seul fabricant de smartphones (devinez auquel je pense) est traité avec davantage de tolérance, ou en tous cas avec moins d’insistance, que les autres, cette émission perd déjà beaucoup de crédibilité à mes yeux.

    • En effet je commençais presque à m’inquiéter moi aussi. Mais finalement l’émission s’est plus où moins concentrée sur un problème = un constructeur, et Apple s’est retrouvée à la fin. Et l’accuser de financer la guerre quelque part en Afrique, c’est pas mal.

      On a quand-même moins parlé d’Apple que des autres, mais Cash Investigation est une émission extrêmement visuelle, où tout est dans la mise en scène, où plus l’interlocuteur s’énerve, plus c’est vendeur.
      Et malheureusement pour eux Apple ne parle pas. Apple est une porte de prison. Donc Apple n’est pas photogénique pour Cash Investigation.

      C’est comme ça que je le vois.

  • Bravo,je vous soutien,conteur,c’est avec des émissions comme la votre que les choses bougerons.

  • Bravo l’Europe!

  • Pingback: Cash Investigation, le malaise. | EXPLORER'S CLUB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *